Catégorie : 2022

Éditorial – Mobilisations sociales et pandémie

[vc_row][vc_column width="3/6"][vc_column_text]Le contexte de la pandémie de COVID-19 a affecté tout le monde, certes, mais pas tous et toutes de la même manière. Au-delà du « ça va bien aller », elle a exacerbé les graves problématiques sociales, économiques et environnementales. Les mesures sanitaires et gouvernementales pour y faire face ont eu des impacts importants sur les droits des communautés. Dans plusieurs pays en Amérique latine, le slogan « rester chez soi », importé du Nord, qui allait soi-disant sauver des vies, a plutôt eu un effet inverse. Dans un contexte où gagner sa vie implique de sortir de chez soi, le respect de ces mesures signifie mourir de faim pour de nombreuses personnes. D’ailleurs, les décès dus à la faim, bien qu’ils soient difficiles à comptabiliser, auraient désormais dépassé ceux causés par la COVID-19. Comme toujours, le capitalisme et son corollaire, l’extractivisme, ont contourné la crise et en ont profité pour poursuivre l’exploitation illimitée de la nature et engendrer des profits astronomiques. Pendant que la pandémie impliquait la perte de proches et entraînait une avalanche de pertes d’emplois et de revenus, résultant en une augmentation de la pauvreté extrême et de la faim, la richesse des dix hommes les plus riches au monde, quant à elle, a plus que doublé. On compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures depuis le début de la pandémie, mais les inégalités, elles, causent la mort d’une personne toutes les 4 secondes à travers le monde[i]. En Amérique latine, de nouvelles formes de résistance sont nées devant l’absence de soutien étatique. Ce sont les mouvements sociaux et les communautés les plus touchées, avec les femmes à l’avant-plan, qui ont organisé des réseaux de solidarité et d’entraide pour répondre aux besoins de leurs concitoyen·ne·s : livraison de produits alimentaires, popotes populaires, brigades d’agent·e·s de santé communautaires, entre autres. On a travaillé à construire des plans d’autosuffisance sanitaire. Différents groupes et mouvements sociaux se sont tournés vers le virtuel pour poursuivre leurs activités et actions. Des voix sont descendues dans les rues de plusieurs pays – dont le Guatemala, la Colombie, le Chili et le Brésil – pour exprimer leur mécontentement et leur désir de changement. Présent depuis des décennies, ce mécontentement s’est exprimé haut et fort, réunissant divers secteurs de la société, entre autres les jeunes, les femmes et les peuples autochtones, ravivant les voix historiquement marginalisées et résultant en des mobilisations citoyennes sans précédent. De nombreux mégaprojets extractifs ont poursuivi leur cours, ayant été déclarés comme activités essentielles tôt après le début de la pandémie. Cette dernière s’est ajoutée à la pression déjà subie par les communautés, dont les peuples autochtones, pour défendre leurs territoires contre l’extractivisme vorace qui cherche à les transformer en région de développement pour des intérêts privés. C’est le cas, entre autres, du mégaprojet controversé et mal-nommé du Train Maya et de la minière Cuzcatlán au Mexique, qui nous sont présentés dans ce numéro. Utilisant les besoins exacerbés des populations pour redorer leur image, les entreprises extractives ont engendré des profits alors que la population traversait la pandémie en pleine sécheresse. En Colombie, un projet de réforme fiscale visant à augmenter les taxes et touchant entre autres, les produits de base, a été l’étincelle d’une grande grève nationale de huit semaines, à partir de la fin avril 2021. La colère sociale, qui grondait déjà depuis 2008, avec des mobilisations autochtones et étudiantes, a éclaté par la réponse violente du gouvernement. Malgré le vent d’espoir que les élections de mai 2022 laissent présager, un panorama d’incertitude, d’instabilité, de répression et de violence se dessine. L’instabilité politique ne laisse pas pour autant les communautés inactives. En Bolivie, des comités déjà formés à la suite du coup d’État de 2019 se sont mobilisés pour pallier l’absence de soutien de base dans un contexte de confinement strict pendant la pandémie. Malgré l’interdiction de circuler, des collectes et distributions de denrées alimentaires et de kits de médecine ancestrale ont eu lieu dans les zones périphériques de Cochabamba. Voulant garder une indépendance politique, ces actions se sont voulues être une expression de la lutte anticapitaliste, anticolonialiste et antiraciste. Au Chili, les inégalités, déjà fortement présentes, se sont accentuées avec la pandémie. La mobilisation sociale d’octobre 2019 qui mettait en lumière ces fortes inégalités a été ravivée après quelques mois de pandémie devant la colère et la faim de la population. Des initiatives de popotes populaires ont ainsi vu le jour pour répondre aux besoins de base des populations vulnérables, sous le slogan « seul le peuple aide le peuple ». L’action politique et la mobilisation se vivent également à travers des initiatives de médias numériques engagés, comme c’est le cas de RUDA femmes+territoires au Guatemala qui contribue à la lutte féministe, en tant qu’outil de contestation et de défense des territoires historiquement transgressés et épuisés par les violences multiples. Des organisations se sont également préoccupées de garder des liens étroits avec des populations marginalisées et en situation de précarité, comme c’est le cas du collectif Tajpianij à Cuetzalan au Mexique. Les voix qui se rejoignent pour former ce numéro de Caminando proviennent des quatre coins du continent et sont porteuses d’espoir en ces temps incertains. Elles témoignent de la résistance, de la créativité et de la solidarité nécessaires à la construction d’alternatives face au capitalisme destructeur et à l’extractivisme qui s’accentuent malgré un contexte aussi particulier que celui d’une pandémie mondiale. Nous vous invitons donc à parcourir les pages de ce numéro qui a été rendu possible grâce à la contribution essentielle des auteurs·trices, poètes, illustrateurs·trices, traducteurs·trices, réviseur·e·s, membres du comité éditorial et nos précieux partenaires. Nous remercions chacune des personnes pour leur implication. Nous espérons que ce numéro contribuera à une réflexion sur les inégalités préexistantes exacerbées et celles engendrées par la pandémie. Bonne lecture, Marie-Eve Marleau et Roselyne Gagnon   [i]Oxfam international (2022). « La fortune des dix hommes les plus riches du monde a doublé pendant la pandémie alors que les revenus de 99 % de la population mondiale ont été moins importants à cause de la COVID-19 », en ligne : https://www.oxfam.org/fr/communiques-presse/la-fortune-des-dix-hommes-les-plus-riches-du-monde-double-pendant-la-pandemie[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_column_text]Crédit illustration de couverture : Liana Perez[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/6" css=".vc_custom_1645557528558{padding-left: 20px !important;}"][/vc_column][vc_column width="2/6"][vc_column_text]Éditorial | Marie-Eve Marleau et Roselyne Gagnon Je suis sortie dans la rue | Sharon Pringle Félix La contestation féministe sur le territoire-corps dans les médias numériques | Andrea Rodríguez, Ketzali Pérez, Marta Karina Fuentes et Lise-Anne Léveillé La pandémie dans la vallée d’Oaxaca : des communautés sans eau et une entreprise minière enrichie | Fernanda Sigüenza Vidal La solidarité en temps de pandémie avec le collectif Nuestra Olla Común | Nasya S. Razavi et Ida Peñaranda TOUT EST POSSIBLE ! Le rêve du Paro Nacional en Colombie | Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC) Je suis de la génération du ne pleure pas | Sharon Pringle Félix Résister en pandémie : les peuples autochtones mayas face au mal-nommé Train Maya | Rosalinda Hidalgo Pandémie et mobilisation sociale au Chili : éthique du soin et nouvelles perspectives | Isabel Orellana et Gabriel Poisson Nicolas Guerrero | Iván López Mouvements sociaux au Chili : écoféminisme et interculturalité | Ivette Doizi L’importance des Actions urgentes en soutien à la résistance en Amérique latine depuis le Canada | Équipe des actions urgentes du CDHAL Être autochtone, pauvre et étudiant·e face à la pandémie de 2020 et 2021. Une organisation de jeunes et la COVID à Cuetzalan, Puebla | Ignacio Rivadeneyra Résistance | Martin Pouliot[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]abc